Survivre à COVID-19 en Espagne a Changé Ma Foi

L'Espagne traverse la pire crise dont nous nous souvenions depuis que notre pays est devenu une démocratie moderne, il y a 40 ans. Le nouveau coronavirus a tué plus de 22 000 personnes et infecté au moins 220 000 personnes.

Nos congrégations évangéliques n'ont pas été épargnées par cette pandémie, et je fais partie de ceux qui ont été hospitalisés à cause du COVID-19.

Je suis le pasteur d'une Église de 350 personnes dans une petite ville sur la côte atlantique. Je suis également leader national de ma confession et président de l'Alliance évangélique espagnole. Mais j'ai été arrêté dans ma trajectoire après avoir été infecté.

Après 21 jours de lutte contre la maladie à la maison et à l'hôpital, j'ai reçu un congé médical. J'étais reconnaissant et plein de joie. J'étais également très conscient que d'autres, encore plus jeunes et en meilleure santé que moi, avaient perdu la vie.

En tant que pays, nous continuons à souffrir alors même que nous nous dirigeons vers un avenir incertain. Dans ma propre famille, les gens luttent toujours contre le virus, y compris ma femme et ma belle-mère. Mais voici six leçons basées sur notre expérience, à ce jour, en Espagne alors que nous nous efforçons d'aimer de la bonne façon Dieu et notre prochain dans le cadre de cette pandémie.

1. Souvenons-nous que nous ne sommes pas invincibles.

Cette première conclusion est pour ceux qui, comme moi, sont dans le leadership chrétien. La leçon évidente que j'ai tirée alors que je récupérais, était de me rappeler que je ne suis pas surhumain. En tant que pasteurs, nous vivons dans le même monde que tout le monde, avec les mêmes conflits et les mêmes risques. Nous sommes aussi vulnérables – et c'est précisément ce qui nous qualifie pour le leadership.

Le leadership de ceux qui semblent étrangers à la souffrance ne produira jamais de disciples mais seulement des admirateurs. Mon temps de souffrance et de lutte contre la maladie m'a rappelé, une fois de plus, que le Père a déjà envoyé un Sauveur – et que ce n'est pas moi.

Tomber malade m'a montré tout à nouveau l'importance d'appartenir à une communauté. Lorsque les gens ont appris mon infection, il y a eu une réaction immédiate de prière dans mon Église locale, dans des Églises à travers l'Espagne et même dans d'autres parties du monde. Des amis et des gens que je n'avais pas rencontrés auparavant m'ont envoyé des messages de soutien et des prières de foi et d'amour. Tout cela a représenté une grande dose d'encouragement dans mes heures les plus difficiles.

Dans ces circonstances, j'ai pu confirmer la vérité de la Parole que nous sommes un corps – un seul corps. Nous avons une foi commune et nous formons une véritable famille. Tout cela ne représente pas quelque chose d'abstrait sur un papier ou une théorie que nous verrons un jour se réaliser dans le futur, mais une réalité palpable dès à présent. C'est ce qui soutient ceux d'entre nous qui souffrent.

2. Réexaminons nos propres vies.

Lorsque vous êtes impliqué dans une Église qui grandit en nombre, avec des projets sociaux, l'implantation d'Églises, etc., et qu'une maladie inattendue survient, elle s'impose sous forme d'une pause soudaine et indésirable qui interrompt beaucoup de choses.

Au départ, c'est un choc, puis viennent les phases de colère, de négociation et enfin celle de l'acceptation. La maladie entraîne un processus personnel qui, si tout se passe bien, peut durer des heures voire des jours.

Au début, j'avais des doutes sur le but de ma souffrance au travers du COVID-19. Mais après avoir accepté ma situation, j'ai acquis deux convictions.

La première consistait à me rappeler la façon dont Dieu s'est soucié de moi et dont il conttinue à se soucier de moi. À l'époque où j'étais gravement malade, j'ai dû considérer la mort comme une réalité possible. Comment évaluerais-je ma vie? Dans le domaine du ministère et de la profession, j'étais en paix. J'avais fait ce que j'avais pu faire dans le temps que Dieu m'avait donné. Mais le chagrin est apparu en pensant à mes enfants. Serais-je capable de voir comment ils atteindraient leurs propres rêves et objectifs? Cependant même ainsi, j'étais habité par la paix tranquille de savoir que Dieu prendrait soin de ma femme et de mes fils, si je mourais.

La deuxième conviction était qu'il me fallait m'identifier à la douleur de toutes ces personnes qui vivaient les mêmes souffrances. Ce que la maladie peut apporter à votre âme est inestimable, si vous êtes prêt à laisser Dieu agrandir votre cœur dans le processus. Je crois fermement que Dieu est assez puissant pour me guérir, tout comme il est assez puissant pour me sauver. Et je ne crois pas que la maladie soit une punition envoyée par Dieu. Mais en attendant dans la foi sa guérison – directement ou par des moyens médicaux – je pouvais mieux comprendre ce que d'autres souffraient également. Je pouvais sympathiser avec eux, et j'ai réalisé que Dieu continuait d'être Seigneur, peu importe ce qui allait m'arriver.

3. Ne jouons pas avec les théologies triomphalistes.

Si ma plateforme peut être utilisée pour quelque chose, j'espère que c'est au moins pour demander à nos frères et sœurs chrétiens des Amériques de tirer des leçons de nos erreurs en Europe. Malheureusement, les États-Unis vivent déjà la réalité de cette pandémie, et j'espère que nos pays bien-aimés d'Amérique latine maintiendront et développerons les mesures qui ont déjà été mises en place.

Nous avons vu la crise en Chine et nous nous sommes dit: «C'est en Chine; c'est loin », et nous ne nous sommes pas préparés. Ensuite, c'était en Italie et nous nous sommes dit: «C'est en Italie; cela ne viendra pas en Espagne. ” En fait, certains fans de football se sont même rendus dans la zone la plus infectée de la nation voisine pour assister à un match de Ligue des champions. (La compétition a ensuite été suspendue et n'a plus de pertinence.)

Quelques jours plus tard, le COVID-19 a atterri à Madrid, et ceux d'entre nous qui vivent dans d'autres parties de l'Espagne ont de nouveau déclaré: «C'est dans la capitale; ici, nous sommes en sécurité », et nous n'avons pas été prudents. Enfin, il est arrivé dans notre ville et parmi nos propres familles. Nous avons été lents à réagir et nous en avons payé les conséquences désastreuses. S'il vous plaît, apprenez de nos erreurs et prenez cette pandémie très au sérieux.

Les Églises ont un rôle fondamental à jouer pour répondre avec sagesse à cette crise. Le problème auquel nous sommes confrontés est celui d'une théologie indigente qui enseigne la prudence et souhaite éviter les conflits avec la foi – une théologie triomphaliste qui prétend que nous sommes immunisés contre le virus à cause de notre foi. De cela découle des idées telles que les chrétiens n'ont pas à obéir aux directives des Autorités, car Dieu les protégera. C'est une grave erreur, et cela aura des conséquences désastreuses. Les pasteurs qui prêchent de telles choses devront rendre compte à Dieu et aux hommes de leurs enseignements.

4. Accompagnons ceux qui pleurent.

En Espagne, nous avons vu des centaines de centres de santé submergés par ce que le personnel médical et militaire décrit comme un «environnement de guerre». Des médecins et des infirmières chrétiens nous ont raconté comment ils avaient pleuré en rentrant chez eux après de longues journées de travail. Il n'y a pas assez de personnel, pas assez d'équipement de protection, pas assez de lits de soins intensifs, et bien plus encore. Et ils sont conscients de l'impact émotionnel grave que cette pandémie aura sur notre société dans les années à venir.

Dans nos Églises, nous avons également dû dire au revoir à la hâte à de nombreux croyants. La plupart de ceux qui sont partis dans la gloire au cours des dernières semaines, étaient des parents et des grands-parents d'une génération qui s'est battue pour bâtir nos communautés évangéliques. Beaucoup sont morts seuls dans une chambre d'hôpital, disant au revoir à leurs proches par téléphone. Bien que nous ayons un espoir commun qui va au-delà de la mort, la façon dont ils nous ont laissés laisse encore des blessures.

Nous devons réapprendre à accompagner les gens dans leur processus de deuil, qu'il s'agisse de chrétiens ou d'autres personnes. Les autorités sanitaires demandent aux familles d'autoriser l'incinération de leurs proches. Un appel téléphonique donne des instructions sur la façon de ramasser les cendres et d'établir le rapport de décès. C'est comme si les victimes du COVID-19 venaient tout juste de disparaître de nos vies.

Beaucoup de ceux qui n'ont pas été autorisés à être avec leurs proches dans leurs derniers moments devront faire face à des sentiments de culpabilité et de colère. Des dizaines de milliers de personnes ne verront jamais le corps de leurs proches, pas même le cercueil. Les familles ne pourront pas concrétiser leur perte – leurabsence -, sous une forme tangible.

Comment exprimer le deuil sans rite funéraire ni cérémonie? Nous devons préparer les gens à apprendre à exprimer leur chagrin à distance. Notre alliance évangélique travaille déjà sur un guide de deuil pour ces temps étranges.

5. Revenons à l'essentiel, en commençant par la communauté.

Les activités qui rassemblent les gens dans des espaces physiques ont été interdites à travers l'Europe, et il n'y a pas de calendrier précis du moment où les gouvernements autoriseront les lieux de culte à reprendre leurs activités.

Cela met à l'épreuve notre façon d'être l'Église. Les Églises qui avaient déjà une bonne structure pour les petits groupes arriveront à mieux préserver le sens de la communauté – ainsi que la pastorale et le travail missionnaire – en cette période de crise. Et, bien sûr, les technologies et les systèmes de communication disponibles sur Internet sont une bénédiction.

Mais les dirigeants chrétiens doivent utiliser cette crise pour repenser l'Église d'un point de vue communautaire. Le centre n'est pas le culte ou le rassemblement du dimanche, mais le Christ. Une fois cette crise terminée, il sera important de revenir à une structure cellulaire pour l'Église qui mette l'accent sur l'engagement personnel et met fin au consumérisme religieux des dernières décennies.

Les priorités qui émergent maintenant sont claires. Premièrement, selon les paroles de Galates 6:10, nous devons «faire du bien à tous, en particulier à ceux qui appartiennent à la famille des croyants». Nous devons être très vigilants pour nous assurer qu'aucun frère ou aucune sœur ne souffre financièrement, émotionnellement ou socialement. Après cela, nous devrions également étendre cette préoccupation aux quartiers et aux villes dans lesquels nous vivons.

C'est aussi le moment de maintenir notre travail pastoral dans tous les domaines, y compris la garde des enfants, des jeunes, des mariages et de notre culte commun. Dans notre Église locale, nous avons célébré le dimanche de Pâques à distance avec #santacenaibnlugo: Nous avons tous participé à la Cène du Seigneur dans nos maisons et avons partagé des photos en utilisant ce hashtag.

Nous avons toujours prêché qu'une Église n'est pas un bâtiment ou un lieu mais un peuple. Le COVID-19 sera le creuset qui nous permettra de tester cette affirmation, notre théologie et nos structures ecclésiastiques.

6. Soyons des Églises vivantes et actives, plus que jamais auparavant.

Nous vivons dans un monde brisé qui a besoin de chrétiens qui acceptent l'appel à être la lumière du monde et le sel de la terre. C'est ainsi que, grâce à notre témoignage, beaucoup pourront rendre gloire à Dieu.

Permettez-moi de terminer avec un exemple de l'Église que je dirige. La nôtre n'est pas une très grande congrégation, et nous sommes dans une ville rurale d'environ 100 000 habitants. Nous pourrions penser que nous sommes faibles et petits face à cette pandémie. Par ailleurs, la crise a également considérablement réduit les revenus financiers de notre Église.

Néanmoins, nous avons pu augmenter notre aide sociale pour atténuer les effets de la crise chez les familles voisines. Nous essayons d'appliquer Matthieu 5:16, qui dit: «Que votre lumière brille devant les autres, afin qu'ils voient vos bonnes actions et glorifient votre Père céleste.»

Dans notre cas, cela a signifié l'élaboration d'un plan d'action à trois volets. Le premier est l'aide d'urgence, fournissant une aide financière aux familles les plus vulnérables. Le second est un programme de distribution de nourriture. Nous livrons 3 tonnes de produits frais tous les 15 jours et livrerons 72 tonnes de denrées non périssables dans les jours à venir. Grâce à notre réseau construit au cours de ces dernières années, nous atteignons maintenant 900 familles – soit environ 3 000 personnes – avec cette aide.

Le troisième volet est une nouvelle ligne de ministère que nous avons commencée concernant les fournitures de santé. Cela est possible grâce à neuf membres de notre Église locale qui cousent des robes d'hôpital, des couvre-chaussures et des casquettes. Ils le font avec une matière première facile à trouver: des sacs en plastique.

Nous en avons déjà donné une partie aux centres de santé et aux maisons de repos, où ils étaient indispensables. La réaction dans les médias locaux a été importante dès le début, ce qui a entraîné une augmentation du nombre de commandes. Le personnel médical et les infirmières ont exprimé leur gratitude et leurs félicitations pour la qualité du travail. Nous prévoyons de fabriquer plus de 2 000 exemplaires respectivement de robes, casquettes et couvre-chaussures au cours des prochaines semaines.

Nous mettrons fin à ce programme lorsque les ressources promises par le gouvernement arriveront à ces endroits. Mais en attendant, nous continuerons de servir la communauté dans laquelle nous vivons.

Il est vrai que nous sommes confinés – mais le Saint-Esprit n'est pas confiné. Et en tant que chrétiens, nous continuons à faire partie de la vie de la société qui nous entoure au milieu de cette crise. Il est temps de montrer que «l'Église est vivante et active». Cette devise de notre Église gardera nos membres concentrés sur leurs devoirs dans les semaines à venir. Je prie pour que cela puisse aussi inspirer votre Église.

Marcos Zapata est pasteur de Iglesia Buenas Noticias (Église de la Bonne Nouvelle) à Lugo, en Espagne, et est Président de l'Alliance évangélique espagnole.

Spread the love

Leave a Reply

%d bloggers like this: